Les exemples en maths (Back to the list)

Message written on 05/03/2008 by webmaster
Une étude américaine (voir http://maths.amatheurs.fr/index.php?page=exemples) rouvre le débat sur l'enseignement des maths en concluant que les exemples sont mauvais pour l'apprentissage. La faute en serait à la focalisation des étudiants sur des détails anecdotiques gênant la compréhension des fondements...
Et vous, qu'en pensez-vous ?

Message written on 05/11/2008 by Hilikus
Je vais te dire la plupart des gens ne comprennent pas ce que sont les maths et de ce fait ne l'abordent pas dans le bon sens.
La faute à l'enseignement qui n'humanise pas du tout cette matière et qui leur apprend depuis le début à s'attacher aux détails en leur disant quand tu vois ça tu fais ça.
Pour appuyer mes affirmations je vous laisse vous rappeler de la "merveilleuse" année de bachotage par laquelle tout le monde est passé.
Après ce genre d'enseignement que peut-on attendre des étudiants ?
Et bien ils reproduisent comme des bonnes bêtes à bac ce qu'on leur a appris, c'est-à-dire, on fait ça et ce sera toujours la même chose.
Alors évidemment si l'on enseigne en prenant de la profondeur et de l'abstraction on force les gens à réfléchir et à créer eux-mêmes les illustrations de la théorie. Mais faudrait peut-être penser à faire ça plus tôt non ?

Message written on 05/14/2008 by webmaster
C'est marrant, je parlais justement de ça avec un ancien prof tout à l'heure : les maths du secondaire sont trop automatisées, trop d'exos type. D'ailleurs c'était ça le problème du bac S de 2003 (celui qui avait tant fait parler de lui) : les questions abordées étaient tout-à-fait de la difficulté exigible mais c'était un sujet différent des autres, et presque tout le monde s'est crashé...
Cependant, je serai moins critique que toi vis-à-vis de la term : je ne l'ai pas du tout vue comme une année de bachotage, elle m'a beaucoup intéressée (en maths ou ailleurs). Cependant, je comprend aussi ton point de vue, qui à mon avis découle d'un problème plus profond.
Je crois que l'école a été peu à peu - et malheureusement irréversiblement - détournée de sa fonction à cause de l'utilitarisme ambiant de notre société. Je m'explique : prenez un élève de lycée au hasard et demandez-lui pourquoi il apprend ses cours. Une chance sur deux qu'il répond "pour avoir le bac", ou pour le DS... Et c'est ce phénomène que je fustige : initialement, le but de l'instruction comme la voulait Jules Ferry (qui avait oublié d'être con) était d'apporter la connaissance. Les DS se sont peu à peu imposés comme moyen de vérifier si l'objectif (les connaissances) est atteint. Puis un autre mouvement a commencé, à mon avis à cause de la trop grande importance accordée aux notes : peu à peu, le but est devenu d'avoir de bonnes notes, et les connaissances sont devenues un moyen pour ça... En un certain sens, le but et les moyens ont été inversés. C'est à mon avis pour cette simple raison d'utilitarisme que tant d'élèves oublient leurs cours une semaine après le contrôle (toutes matières confondues)... La faute à une société qui au lieu de demander à l'école d'instruire lui demande de fournir un emploi (nos compatriotes ont-ils oublié que l'école obligatoire était faite pour que les enfants ne travaillent plus ?).
Mais bon là je m'éloigne du sujet, il faudrait peut-être revenir aux maths !


To add a message, choose its language :
Your name or login : and your e-mail (optional - it will be written in the forum) :
Get answers by mail
BoldItalicUnderlinedRedBlueYellowGreenPurpleOrangeCreate hypertext linkDelete hypertext linkDelete properties    Help

This page can only work with Javascript. Click here to know how to activate it.

Anti-spam question : how much are 18 plus 6 (write the answer with numbers) ?